Nos actualités

Saint Valérien ou Saint Philibert ?

On a l’habitude de voir Pierre avec Paul, Côme avec Damien ou encore Cyrille avec Méthode (encore que ces deux-là sont frères). Mais on n’a pas l’habitude de lier Saint Valérien à Saint Philibert. Et c’est à Tournus que la rencontre s’opère. Saint Valérien évangélise le pays de Tournus, quelque part un peu avant 200 et, comme bien souvent, devient martyr, persécuté par les Romains.

Au quatrième siècle, un premier oratoire se construit à l’emplacement du martyre. Mais il faut attendre le neuvième siècle bien entamé pour qu’une communauté de moines s’installe à Tournus et vénère Saint Valérien. La première abbaye – augustinienne celle-là – est donnée aux moines de Noirmoutier – bénédictins ceux-là.

Or, à la fin du neuvième siècle, les moines de Noirmoutier fuirent leur île, terrorisés par les razzias que menaient les Vikings sur les côtés ouest. Ces bénédictins finirent par trouver refuge dans la communauté monacale de Tournus.

Et c’est alors que les choses se gâtèrent… Les reliques de Saint Philibert apportées de Noirmoutier ne suffisaient pas à mettre l’entente dans cette abbaye, pas plus que les privilèges séculiers de battre monnaie ou d’élire son propre abbé… 

Il fallut attendre quasiment l’an 1000 pour que cette communauté, en enterrant les deux saints dans la crypte, porte enfin bien son nom.

Mille ans plus tard. Il n’y a plus de moines à Saint Philibert de Tournus. Les incendies successifs et les reconstructions corollaires ont fini par nous offrir un cadre spirituel remarquable. Les murs essentiellement construits entre le onzième et le treizième siècle imposent leur beauté au visiteur.

Et c’est là, dans cette abbaye Saint Philibert de Tournus, qu’a lieu un salon des antiquaires du 30 avril au 8 mai 2022. Mettre de la beauté dans la beauté ! Belle ambition ! La Galerie LDS y participe. Voir des gens heureux de découvrir les peintures franc-comtoises, c’est ajouter au bonheur du monde, pour plagier Camus…